top of page
  • Photo du rĂ©dacteurlehiphopenvinyle

Radio sentiments đŸ“»

📀 Frank Ocean - channel ORANGE (2012)

Seulement 1 an aprÚs le succÚs de sa mixtape Nostagia, ULTRA. l'artiste vient confirmer avec un premier album abouti aux sonorités plus R&B.


Ça y est, Frank est enfin pris au sĂ©rieux par son label Def Jam qui voit une opportunitĂ© financiĂšre. Il a le contrĂŽle crĂ©atif total et sort Channel ORANGE alors que le monde ne s'est pas encore remis de sa collaboration avec Jay-Z et KanYe sur Watch The Throne.


Ocean conçoit un album aux sonoritĂ©s plus R&B, mais aux influences multiples, l'album est un vĂ©ritable melting pot: R&B, Pop, Jazz, Électro, Funk... il y en a pour tous les goĂ»ts. La production est chapeautĂ©e par Malay avec en guest le guitariste John Mayer.


Frank utilise Ă  nouveau sa musique pour livrer ses tourments entre nostalgie, tristesse, amour et sensualitĂ©. Utilisant son statut d'artiste pour se positionner clairement sur des thĂšmes. Critiquant notamment l’hypocrisie et le matĂ©rialisme que notre sociĂ©tĂ© a banalisĂ©.


Pour conter ses histoires, Frank se transforme en narrateur. L'album reprend le concept d'une Ă©mission radio oĂč chaque chanson est un Ă©pisode, commençant Ă  l’intro "Start" et finissant Ă  "End" comme un fragment de la personnalitĂ© et du passĂ© de Frank.


Lui qui ne se sent jamais Ă©coutĂ©, le concept Channel ORANGE, permet Ă  l'artiste de raconter ses histoires en chansons et de s'assurer d’avoir l’attention de son auditeur.


Focus sur les Ă©pisodes Ă  retenir:


L’album s’ouvre avec la cĂ©lĂšbre chanson d’amour "Thinkin bout you" nominĂ©e aux Grammys. Frank Ă©voque son amour passĂ© pour un homme auquel il pense encore, se demandant si sa nostalgie est rĂ©ciproque. Il en rĂ©alise un live magnifique au Saturday Night Live.


“Super Rich Kids” tourne en satire les gosses de riches de LA et leur matĂ©rialisme. DĂ©couverte des drogues trop tĂŽt, absence des parents, entourage faux et toxique... À la fin du titre, l’enfant tombe d’un immeuble, se rendant compte qu’il n’a jamais vraiment vĂ©cu.


"Crack rock" critique l’industrie de la drogue et notamment la cocaĂŻne. Parlant de l'inaction de la police et de l’expĂ©rience de son grand-pĂšre qui a dĂ©laissĂ© ses enfants Ă  cause de sa dĂ©pendance, se rattrapant avec Frank une fois sorti de cette spirale infernale.


"Pyramids" est un titre de 10 minutes composĂ© de 2 parties. RemĂ©morant le rĂšgne de ClĂ©opĂątre, la reine de l’AntiquitĂ© avant de conter les pĂ©ripĂ©ties d’une ClĂ©opĂątre moderne et de sa vie de strip teaseuse dans un bar de Vegas en forme de pyramide.


"Bad religion" est un vĂ©ritable exorcisme de Frank, comparant son amour Ă  l’adoration d’un dieu, indescriptible et excessif. C'est Ă©galement une forte critique de l’intolĂ©rance des religions concernant l'homosexualitĂ©, se cacher d’aimer quelqu’un n’étant pas acceptable.


Sur le cd un titre supplĂ©mentaire "Golden Girl" en feat avec Tyler vient conclure le projet. Trouvable sur youtube oĂč sur des vinyles, malheureusement non-officiels. La seule maniĂšre d'avoir ce chef-d'Ɠuvre dans votre collection vinyle est d'opter pour un de ses "bootlegs".


🍊 Channel Orange est une vĂ©ritable Ă©popĂ©e, remplie d’histoires et de messages profonds, de prises de position, d’humanitĂ© et d’ode Ă  la vie. Un voyage Ă©motionnel, merveilleusement bien Ă©crit et interprĂ©tĂ© par un des meilleurs artistes de sa gĂ©nĂ©ration.



RĂ©dacteurs : Victor, Aurore

bottom of page