top of page
  • Photo du rĂ©dacteurlehiphopenvinyle

Les origines de The Weeknd 🎈

📀 The Weeknd - House Of Balloons (2011)

Zoom sur le tout premier projet d'un artiste mystérieux de Toronto dont on ne connaissait presque rien à l'époque: The Weeknd.



2011, le rap US brille avec des "Watch The Throne", "LIVE.LOVEA$AP" et "Section.80" qui cartonnent. Mais les lumiĂšres commencent aussi Ă  se diriger en direction du Canada oĂč Drake s’est dĂ©jĂ  fait un nom et s'apprĂȘte Ă  sortir son fameux "Take Care".






Drake a toujours été connu pour promouvoir les artistes avec qui il travaille. C'est ce qu'il fait une fois de plus le 21 mars 2011 via un tweet de son label, faisant découvrir au monde entier le mystérieux The Weeknd et sa 1Úre mixtape « House of Balloons ».


House of Balloons est le surnom que l'artiste et ses potes ont trouvĂ© Ă  la maison dans laquelle ils vivaient Ă  Toronto. Expliquant en interview qu’elle ressemblait Ă  un squat et que les filles qui venaient apportaient des ballons pour la rendre plus joyeuse.


Le R&B de l’époque est marquĂ© par les chorĂ©graphies d’Usher et des artistes comme Miguel aux lyrics de lover aseptisĂ©es. The Weeknd se positionne Ă  l’antithĂšse et vient traiter des thĂšmes sombres : Ă©voquant sans filtres drogues, sexe ou auto-destruction.


Tout semble dĂ©cuplĂ©, perfide et malsain dans ses textes. L’artiste n’est pas connu du grand public et on se demande si ses textes ne sont pas finalement fantasmĂ©s. L'artiste, qui a toujours su faire parler de lui, a d'abord privilĂ©giĂ© son anonymat.


Les curieux se demandaient mĂȘme s’il s’agissait d’un groupe ou non. Une dĂ©cision crĂ©ative permettant Ă  l'artiste, peu confiant en lui, de s’assurer qu’on ne le juge que sur son art. Ça fonctionne, il marque par sa voix d'une sensualitĂ© sans nom entre chant et rap.


Avec l’aide du producteur Jeremy Rose, l'artiste manipule des instrumentales fumeuses avec des envolĂ©es tombant justes et des lyrics sombres. Il surprend par ce mĂ©lange d'instrus rap, de flows R&B et parfois mĂȘme aux refrains Ă  la pop trĂšs colorĂ©e.


L’artiste sort Ă  seulement 21 ans, sous son propre label, un projet mature. À la fois toxique et trĂšs calme, cette peinture des sentiments de The Weeknd ne donne pas envie d'ĂȘtre Ă  sa place, mais passionne au fil des Ă©coutes.


Les visuels de l’album reflĂštent cette ambiance pesante instaurĂ©e par l'artiste. Celui-ci, ne disposant d’aucun budget pour sa cover, s’est d’ailleurs introduit dans une universitĂ© d’art pour accĂ©der aux ressources et retoucher cette photo dĂ©sormais connue de tous.


Pour l'anniversaire du projet, l’édition limitĂ©e en collab avec l’artiste contemporain Daniel Arsham reprend la direction artistique mythique de la mixtape. Deux univers qui s'accordent parfaitement avec des vinyles transparents au son limpide.


Il est trÚs difficile de décrire les émotions ressenties lors de l'écoute d'un des meilleurs projets de The Weeknd qui a marqué le début d'une nouvelle Úre. Quand il chantonnait "I'm what you need", il ne savait pas à quel point il avait raison.


RĂ©dacteurs : Victor, Catheline

bottom of page